Plexy : ça, c’est fait !

L’essentiel de ces dernières semaines a été consacré à l’un des plus gros boulots prévu sur Galopin : le remplacement de tout les hublots de roof. Quatorze morceaux de plexyglass (de l’altuglass, pour être précis) à changer, plus ceux de deux capots (celui du chiotte et le grand au dessus de la coursive).

Le démontage :

Remise en état du roof : ponçage, découpe, soudure. Par endroit l’acier était bien plus attaqué que je ne l’imaginais, notamment à l’avant bâbord et les deux arrières… La rouille s’était bien installée sous les joints !

Puis peinture, le boulot de la miss pendant que j’attaque la grande plaque de plexy de 2*2m que Philippe nous a gentiment ramenée de Paris. Là on a oublié de prendre des photos, mais ce ne fut finalement pas si compliqué que prévu : faut juste être très patient. Après quelques recherches sur le net et des essais sur des chutes, voici la méthode que nous avons appliquée :

-Poser l’ancien plexy sur la plaque, tracer la découpe en gardant au minimum 1 mm de large;

-Scie sauteuse, lame métal, petite vitesse, petite oscillation, on avance sans forcer, trèèèèèèèès lentement. J’ai fait l’expérience sur une chute : en poussant la scie trop fort, le plastique s’est tout simplement ressoudé derrière la lame…

-On place ensuite les deux plaques (l’ancienne et la nouvelle) l’une sur l’autre et on bloque le tout avec des serre-joints. Le nouvelle doit légèrement dépasser de l’ancienne partout.

-Défonceuse, fraise à araser. Là aussi, petite vitesse et lenteur.

-Sans enlever les serre-joints, on refait tous les trous à la perceuse à colonne en se basant sur ceux de l’ancienne plaque. Foret bois, vitesse minimale, et on laisse le foret agir sans forcer : là encore, l’objectif est que le plastique ne chauffe pas.

J’fais des trous, des p’tit trous…

-On enlève ensuite les serre-joints, la nouvelle plaque est à présent une copie conforme de l’ancienne. On fraise ensuite tous les trous, à l’envers et à l’endroit (il paraît que ça limite le risque de fêlure), puis biseautage des angles de la face extérieure à la défonceuse :

La miss s’y colle

Quatorze plaques plus tard, tout est presque prêt pour le remontage. Plus qu’à contrôler toutes les vis et écrous : au prix de l’inox, on va réutiliser tout ce qu’on peut ! Deux cent soixante-dix-huit vis (on a compté…) à vérifier, nettoyer, et, pour certaines, à « affuter » pour que l’écrou veuille bien crocher dedans ; au final je n’ai racheté qu’une quinzaine de vis, écrous et rondelles juste au cas où.

Presque deux jours, avec le soutien notable de la belle-mère.

Je refais aussi les deux capots de pont :

nettoyage à la brosse métallique

Le capot de chiotte est ensuite remonté (il reste le joint externe à fignoler, mais il est déjà étanche), celui de la couchette attend qu’on ait terminé de repeindre son cadre de support :

Puis on refait les perçages manquants du roof (là où j’ai remplacé des morceaux trop attaqués par la rouille), en présentant les nouveau plexys. Et c’est enfin le remontage, avec ma famille en renfort pour aller le plus vite possible (la météo était très incertaine). D’abord « à blanc », pour mettre les masquages et surtout vérifier qu’on avait assez de vis et qu’elles passaient bien dans les trous : aucun problème, le boulot a été correctement fait. On redépose alors les nouveaux plexy et j’y fais un petit cordon de mastic qui séchera toute la nuit : ce cordon servira à faire une sorte de cale d’épaisseur afin que tout le mastic « frais » ne se barre pas au serrage définitif.

Et donc :

Mais le résultat est atteint : le roof de Galopin est enfin à nouveau étanche, on va pouvoir souffler !

Un gros gros merci à tout ceux qui nous ont aidé dans ce travail : Philippe pour le transport de la plaque et celui de l’établi ; Évelyne la belle-mère pour le prêt dudit établi et pour le coup de main en général, et enfin le pote Manu, mon frère, ma mère et mon père pour le montage final quelque peu salissant et stressant à cause de la météo !

On est content de nous, tout va bien à bord 🙂 @ suivre !

Publicités
Publié dans Rénovation | 1 commentaire

Le point en vidéo de Juillet.

Un nouveau point sur le chantier, ça avance !

NB : il n’est pas forcement très logique de peindre les fonds après avoir repeint les bordés ; j’avais d’ailleurs fait l’inverse dans la pointe avant. Cela est dû à un concours de circonstance un peu compliqué avec la peinture, mais pour la suite on commencera surement par les fonds !

Publié dans Rénovation | 1 commentaire

P’tit Tuto vite fait : « copier » un morceau de contreplaqué

Certaines pièces, trop abimées, trop pliées ou pour d’autres raisons, doivent êtres changées.

Voici ma méthode pour le faire, c’est en fait tout simple. Attention : je ne suis pas menuisier, j’ai tout appris sur le tas.

Tout d’abord, préparer une morceau de cp un peu plus grand que la pièce à copier.

Puis défonceuse, et fraise à copier :

Le bas de la fraise suit le CP à copier, le haut arase le CP neuf. Il faut juste bien régler la profondeur de la fraise au départ, ensuite c’est tout simple. Il faut juste bien bloquer les deux pièces pour que celle du dessous ne bouge pas.

Cela vous donne l’exacte jumelle de la pièce d’origine. Attention quand même : la fraise copiera tout, y compris les défauts de bordure s’il y en a ! Dans ce cas, laisser cette partie et la faire ensuite à la scie sauteuse.

C’est facile !

Publié dans Rénovation | Laisser un commentaire

Horta…

Il y a deux ans déjà nous faisions escale à Horta, aux Açores. Un voilier d’amis vient d’y arriver à son tour, après trois ans de voyage autour du monde, et ils ont eu la gentillesse de nous envoyer ces images. Instant nostalgie…

Merci à eux et, s’ils nous lisent : profitez bien de cet archipel magnifique, bon vent pour la fin de votre périple !

À suivre.

Publié dans balades | Laisser un commentaire

Des nouvelles du chantier

Quelques photos (pas forcement dans l’ordre) de notre chantier en cours à la DCNI (Direction des Constructions Navales d’Inguiniel) :

Ça peint :

 

Ça ponce (beaucoup ! certaines pièces, notamment les planchers, demandent plus d’une heure de taff pour tout décaper) :

 

Ça meule, soude, perce, cogne comme un débile, peint :

(Il s’agit des couvercles des casiers à lest. Ils sont très attaqués par la rouille, surtout ceux situés sous les cuves à eau.)

Mais au final, l’instant « feel good », très symbolique mais tout de même :

 

Ça fait du bien de REMONTER quelque chose dans Galopin 🙂

À suivre !

Publié dans Rénovation | Laisser un commentaire

Pour les clowns de service.

Olivier a écrit, en parlant de la restauration de la baille à mouillage :
« Hey, pssstt…! Je crois que t’as oublié de faire un trou pour passer la chaîne 🙂 »

Donc pour les ceusses qui se poseraient la question : on attend bien évidemment d’avoir le nouveau guindeau ; ce qui ne presse pas, on a plus urgent à acheter :p

Publié dans Rénovation | 2 commentaires

Restauration du pont : redresser un enfoncement

Et hop un nouvel article, le boulot s’accélère maintenant !

Ceux qui ont suivi notre voyage se souviennent peut-être que nous avions heurté une pirogue en quittant la Gambie. Depuis, nous avions un léger enfoncement du fargue bâbord :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour le redresser, j’ai dû couper le fargue en deux depuis le pont, puis redresser les deux parties. Pour ce dernier point, Pupuce s’est révélée d’une aide précieuse, c’est d’ailleurs l’occasion de vous la présenter :

.

.

Puis soudure, meulage, et peinture :

.

.

.

Résultat impeccable, une fois peint ça ne se verra plus…

À suivre !

Publié dans balades | Laisser un commentaire