Les virées continuent pendant les travaux !

On n’allait pas renoncer à nos vacances sous prétexte de chantier : pour ceux que cela intéresserait, vous pourrez nous suivre sur l’autre blog :

https://camsgalopinblog.wordpress.com/

Publié dans balades | 1 commentaire

Les choses sérieuses commencent !

Le transport de Galopin vers Inguiniel est prévu pour mercredi, on a donc attaqué les gros travaux.

Le mât dans les airs

Notez au passage que balcons, portiques, chandeliers et filières ont d’ores et déjà été enlevés.

La dérive est en cours de démontage (un sacré morceau !)

.

J’ai aussi commencé le démontage du puits de dérive, afin accéder à l’axe de dérive :

Le chantier !

Ledit démontage a été l’occasion d’une très mauvaise surprise : l’aménagement de Galopin n’est pas seulement vissé, il est aussi en grande partie collé ! Le démontage se fait donc au marteau, ça va être difficile de limiter la casse…

Publié dans Rénovation | Laisser un commentaire

Un premier pas…

Hier nous avons franchi une première étape dans nos travaux : avec un mois de retard (Le chantier a eu quelques problèmes avec son ber), Galopin est enfin sorti de l’eau :

Nous notons à cet occasion l’excellent état de l’antifouling après un an et demi dans l’eau, dont six mois intensifs dans les Antilles : même pas d’algues, la peinture a vraiment bien tenu ! C’est vraiment rassurant, la coque a l’air en très bon état.

Demain karcher, puis nettoyage et nous pourrons enfin voir où nous l’amenons : Inguiniel ou Lanester ?

@ suivre !

Publié dans Rénovation | Laisser un commentaire

Enfin la réactivation du blog !

C’est avec un certain plaisir que je retrouve ce blog après notre « hibernation », nécessaire pour préparer la suite.

Depuis janvier, nous sommes en recherche de solutions ; mais celles-ci se débloquent tranquillement et nous allons enfin pouvoir avancer :

Galopin végète depuis septembre le long du quai de la marina de Lorient, sa coque se couvrant lentement d’algues. Nous allons larguer les amarres début avril, pour l’amener à Hennebont où il sera sorti de l’eau ; élément qu’il ne reverra pas pendant au moins deux ans. Il va rester dans le chantier d’Hennebont pendant un mois, le temps pour nous de le démâter, retirer la dérive, vider tout les placards et le préparer à son futur transport : début mai il va en effet être amené par la route jusqu’à un hangar à Inguiniel, à moins que la seconde option se révèle faisable mais je vais y revenir un peu plus loin.

De notre coté nous avons trouvé une petite maison bien sympa et nous voici donc locataire, une première pour moi qui vit depuis pratiquement quinze ans dans des camions aménagés ou des bateaux !

(grosse) cerise sur le gâteau : le logement dispose d’un petit terrain, et la propriétaire nous autorise à y amener Galopin. Il me reste donc à voir avec l’entreprise de transport si l’opération est possible, et nous aurions donc notre bateau disponible en permanence, de quoi accélérer nettement les travaux !

Bref, tout semble s’arranger bien comme il faut, notre baraka nous a suivi et donc : en route pour une nouvelle aventure, qui sera bien sûr relatée dans le blog.

Donc, encore et toujours : @ suivre !

Les Galopins.

Publié dans Rénovation | 5 commentaires

Nouveau blog

Nous allons mettre de coté la voile quelques temps, mais nous continuons tout de même nos virées… en cam’s. Un autre blog vient donc d’ouvrir, pour ceux qui souhaitent continuer à nous suivre :

https://camsgalopinblog.wordpress.com/

@bientôt !

Publié dans balades | 1 commentaire

Deux mois déjà…

Et voilà, deux mois que nous avons passé la citadelle de Port-Louis, après deux ans de balades et avec l’impression de revenir d’un week-end à Groix…

Le mois qui a suivi, nous sommes allés nous promener dans le golfe du Morbihan, laissant Galopin mouillé tout un week-end devant l’île Longue pendant que nous étions invités ailleurs.

Nous avons ensuite visité l’île d’Arz, monté jusqu’à l’île de Houat où nous avons retrouvé Kristel et Alain le temps d’une petite journée, puis nous sommes redescendus en tirant des bords jusqu’à Lorient. L’occasion de constater que, décidément, les voiles de Galopin n’en peuvent plus : nous avons mis douze heures à atteindre Lorient, ne parvenant plus à serrer correctement le vent avec nos toiles défoncées… sur le fond, on a fait du deux nœuds à l’heure !

Puis Galopin est resté une semaine au Kernevel avant de rejoindre Lorient. Une dernière sortie familiale à Groix :

Puis nous avons pris nos quartiers d’hiver dans l’avant-port où notre bateau bien fatigué restera désormais amarré jusqu’à sa future sortie d’eau.

Depuis on a la tête dans le guidon. Audrey a fait sa rentrée fin Août, dans une école maternelle de Lanester. Moi j’ai temporisé un peu, le temps d’aménager un fourgon et de faire les nombreuses démarches nécessaires à la reprise de notre vie de terrien. Je n’ai repris le travail que début octobre.

Alors, dure, la reprise ? À vrai dire, on n’appréhendait pas vraiment : nous tournons certes une très belle page, mais on continue d’écrire sur la suivante ! Pour le moment, nous organisons notre vie pour les prochaines années. Du boulot, et un fourgon aménagé pour la liberté.

Car si nous vivons toujours à bord, ce n’est pas appelé à durer : nous allons garder Galopin, mais en lui faisant une rénovation profonde. Il l’a bien mérité : notre esquif a déjà plus de trente ans, et ces deux dernières années ont été intensives.

15 000 miles, ou 25 000 km. Soit dix ans d’utilisation normale d’un voilier ! Quand nous sommes partis, le bateau n’était pas neuf et, sur de nombreuses choses, j’avais estimé qu’elles tiendraient bien un an… et elles en ont tenus deux !

Mais Galopin fait peine à voir : la peinture de coque est cuite, un hublot dégueule de la rouille, l’impact de la pirogue en quittant la Gambie est bien visible, les tauds sont fatigués, la capote est bonne à jeter, les bois du cockpit font grise mine, et je ne parle même pas de l’état des vernis dans le bateau… Du coté des voiles, si la grand-voile est encore en bon état il lui manque deux lattes, la trinquette est défoncée, et je suis à vrai dire étonné que le génois soit arrivé à Lorient sans se déchirer tellement il est cuit : c’est la bande anti-UV qui tient la bordure, la toile part en morceaux dessous ! Rajoutons que notre  » parc à batterie  » n’en comporte plus qu’une, et que la cuisinière est HS…

Bref, on a du boulot, mais rien d’insurmontable. On a déjà un hangar où rentrer Galopin, mais il reste à trouver une entreprise pour l’y amener et lui en faire passer la porte, et surtout l’argent pour payer la manœuvre : après deux ans la caisse de bord hurle à la mort. Nous allons donc attendre patiemment qu’elle se refasse une santé, ce qui ne devrait heureusement pas prendre trop de temps avec deux salaires et pratiquement la même vie qu’en voyage…

Puis :
-Nous mettrons la coque d’acier à nu pour la repeindre intégralement ;
-Tous les hublots seront changés ;
-Il faudra probablement refaire le voile de dérive, qui n’est plus étanche et doit donc être bouffé de l’intérieur : on verra au démontage ;
-L’aménagement sera remonté en le modernisant : peinture blanche sur pas mal de pièces, remplacement de la cuisinière… et pour le reste on ne change rien il est parfait pour nous !
-Remplacement des haubans, changement du génois, et réflexion sur notre voile d’étai largable : on remplace la trinquette ou on en fait faire une spécialement pour le près serré ?

Tout ces travaux seront réalisés tranquillement, et devraient nous prendre deux ans. Et après ? Et bien, on verra ! Nous voulons (bien évidemment !) repartir, reste encore à déterminer le trajet. Deux idées surnagent pour le moment : un voyage d’un an en méditerranée, et un projet nettement plus balèze passant très (très)(beaucoup) au nord… Tout reste à voir, dans tous les cas nous avons devant nous plusieurs années pour y songer !

Et pour le site ? Et bien, les balades vont sérieusement se calmer vu que les cigales vont redevenir fourmis. Mais je posterai tout de même d’autres virées, cette fois en fourgon.

Alors donc, et pour encore longtemps j’espère : à suivre !

Publié dans balades | Laisser un commentaire

Le compas de relèvement

(le système de blog n’est pas vraiment pratique pour tenir une discussion, mais il s’agit ici de la suite du post précédent, suite à un nouveau commentaire du sieur Olivier, décidément très affuté 🙂 )

Lors de l’achat de Galopin, nous avons eu avec le bateau ce compas de relèvement électronique :

index

Sans vouloir faire de mauvaise pub, il s’est révélé tellement peu pratique à l’usage que nous avons rapidement pris l’habitude d’utiliser ceci :

boussole-plongee-compas-beuchat

Double usage (plongée et navigation 🙂 ) et aussi efficace que les compas de relèvement traditionnel (il y a une fenêtre de visée sur le coté). Elle s’est montrée également tout à fait efficace comme compas de secours !

Publié dans balades | 2 commentaires